Ranch Kuntz 2007

(Cliquez sur l’image pour les faire défiler)

Deux ans après le premier voyage, tout est prêt à la maison pour accueillir les premiers Nokotas à venir en Europe. Nous avons déménagé pour une maison avec un grand terrain, les clôtures et les bâtiments sont en place.

Il ne reste plus qu’à sélectionner les chevaux qui feront le voyage, prévu en hiver. Nous prévoyons de faire venir deux juments pleines et deux poulains, un mâle et une femelle. De France, le choix paraissait simple, mais sur place le casse-tête est complet, sur les 500 chevaux du ranch, seuls 250 sont 100% fondation, c’est à dire provenant exclusivement de chevaux sortis du Parc Theodore Roosevelt avant que les autorités du Parc n’introduisent des chevaux extérieurs. Pour privilégier un cheval authentique, nous avons choisi de n’importer que des chevaux fondation. Ensuite, comme ces chevaux seront à l’origine des lignées européennes, il nous faut privilégier des individus exceptionnels par leurs qualités, mais aussi très représentatifs du type Nokota. Enfin, il nous faut des animaux issus de lignées éloignées, et dont les robes sont compatibles.

Nous avions prévu d’importer des juments de 3 ou 4 ans, mais finalement celles qui nous plaisent vraiment sont âgées de 10 et 11 ans. C’est ainsi que nous finissons par choisir Thunder Bull et Flashy Wolf, que nous ramenons dans un corral du ranch. Le choix des poulains est plus simple, Lakota Bird nous a tout de suite séduit par son caractère enjoué allié à une jolie morphologie, et Blue Canyon semble aussi un très beau poulain, calme et bien bâti.

Enfin, nous profitons des quelques jours avant notre départ pour commencer à travailler les deux poulinières, qui n’avaient pas encore été manipulées. Leo Kuntz effectue la première séance avec Thunder Bull, lui apprenant à céder à la corde. Puis je prend le relai, l’apprivoisant petit à petit. Elle montre son caractère fort et posé, mais en même temps amical lorsqu’on ne la brusque pas. Flashy Wolf semble d’un abord plus farouche, elle reste dans le corral et est présente lors des séances de travail avec Thunder Bull, ce qui l’habitue à la présence humaine. Nous plaçons également dans le corral un cheval déjà bien dressé, afin qu’il aide les autres chevaux à se relaxer.