Les caractéristiques du cheval Nokota

Les origines

Les Nokotas partagent un ensemble de caractéristiques physiques et comportementales qui reflètent leur histoire depuis la fin du 19ème siècle. Leurs ancêtres incluent à la fois des chevaux de guerre ou de chasse des amérindiens, comme des chevaux de travail et de selle utilisés dans les ranchs de la frontière. Beaucoup de ces chevaux descendent des chevaux coloniaux espagnols originaux, amenés par les Conquistadores au début de la conquète. Pendant le XXeme siècle, ils ont vécus sauvages dans les Badlands du Little Missouri, une contrée rude et escarpée, au conditions climatiques erratiques et de longs hivers glaciaux. Durant cette époque, leur survie a dépendu de leur capacité à éviter la capture par l’homme. Ces pressions physiques et sociales se sont combinées pour former un cheval athlétique, endurant et intelligent.

Ces conditions ont aussi permis de conserver le type original des chevaux de ranch de la fin du XIXeme siècle ainsi que le cheval indien des Grandes Plaines. Les photos historiques montrent que les chevaux des Lakotas (Sioux) ainsi que leurs descendants achetés par le Marquis de Morès et le HT ranch sont remarquablement similaires aux Nokotas actuels.

Les caractéristiques physiques

Les chevaux Nokota sont caractérisés par un corps s’inscrivant dans un carré, des angles marqués, une musculature effilée, avec des épaules anguleuses et un garrot solide, une croupe nettement inclinée, une attache de queue basse, une ossature, des jambes et des sabots solides, et une pigmentation “coloniale espagnole”. Leurs oreilles sont souvent légèrement relevées aux extrémités, et beaucoup ont des fanons fournis. Les Nokotas ont tendance à être tardifs, et certains présentent des allures amblées.

Dans l’ensemble, le type est un peu plus large et solide que les chevaux de type colonial espagnol des plaines du sud ( “mustangs”), tout en conservant les robes espagnoles typiques (surtout rouannées, overo, et dun), et d’autres points de conformation. Lors de la période du ranching en espace ouvert dans le Dakota du Nord, les éleveurs ont délibérément croisé des chevaux de type colonial espagnol ou “natif” (juments sauvages et / ou indiennes) avec de plus grands étalons, dans l’espoir de préserver la souplesse et l’endurance de la souche originale tout en augmentant leur taille et leur force. Il en a résulté un cheval de ranch polyvalent qui pouvait être à la fois attelé et monté et exigeait peu de soin.

Les peintres de l’Ouest décrivent le Nokota

Historiquement, ces chevaux ont été désignés comme des “Montana horses”, “Northern Plains ranch horses” et “cayuses”. Les artistes du Farwest Charlie Russell et Frederic Remington ont monté et peint de nombreux chevaux indiens et de nombreux chevaux de ranch semblables aux Nokotas actuels. Remington a noté que les chevaux des plaines du Nord comme le “cayuse” ont développé un phénotype distinct sur la base de cette ascendance mixte:

Le cayuse est généralement rouan. . . Il est fortement charpenté, bien musclé, et c’est le seul bronco qui soit bien carré. . . Cette origine indienne a fourni des magnifiques fondations pour les éleveurs du Montana et du Nord-Ouest, et les chevaux du Montana sont très cotés. C’est à mettre au crédit d’une souche de chevaux importés de l’Ouest provenant de mustangs.

Peinture de Frederic Remington

 

Une robe caractéristique

Les Nokotas exhibent généralement une robe aux couleurs caractéristique du cheval espagnol de l’époque coloniale. Beaucoup de Nokotas sont bleus rouan – si nombreux que cette couleur relativement rare est devenue une caractéristique de la race. D’autres couleurs communes sont le noir (la couleur de base pour le bleu rouan) et le gris. Les overos et sabinos – certains avec des yeux bleus – sont également considérés comme caractéristique (le tobiano n’apparaît que lorsqu’il y a un croisement). Les tâches typiques de l’overo sont composées d’une ou plusieurs tâches irrégulières de couleur blanche et de marques faciales blanches, de même, certaines marques désignées par les indiens comme “medecine hat” apparaissent de temps en temps. Les autres couleurs incluent le bai rouan, le bai, le bai brun, et une couleur particulière, le “chestnut”. Quelques Nokota produisent des poulains dun ou grullo, parfois avec des “tiger stripes” (rayures de tigre), sur leurs membres ou leur garrot. Certains chevaux changent de couleurs au cours de leur vie : un rouan peut être né dun, ou un noir devenir gris avec l’âge.

La palette des couleurs du Nokota

 

Le caractère du Nokota

Le Nokota est curieux et affectueux, ici avec Frank Kuntz

La propriétaire de Nokota Margaret Odgers a inventé l’expression “le véhicule équin tout terrain” pour décrire l’athlétisme, la vitalité et l’endurance qui sont caractéristiques du Nokota. Les Nokotas sont costauds, nécessitent peu d’entretien, ont des membres solides et des sabots robustes. Ils semblent tous avoir une capacité innée pour le saut et sont très maniables et agiles. Ces qualités ont fait leur popularité parmi les adeptes de la chasse au renard (un article leur a été consacré en juillet 2005 dans un magazine spécialisé dans cette chasse). Mentalement, les Nokotas ont un don pour résoudre les problèmes, réfléchissent activement à ce qu’ils font, parfois de façon très autonome. Dans le même temps, ils tendent développer un lien extrémement fort avec ceux en qui ils ont confiance. Jean King a ainsi éduqué son Nokota, Bright Cloud, depuis son fauteuil roulant. Ils aiment intéragir avec “leurs” humains, et ont tendance à être aimable, courageux, et fiable.

 

Les aptitudes du Nokota

La vraie spécialité du Nokota c’est avant tout sa polyvalence.
L’étude de ses origines permet de découvrir les domaines où il peut exceller.
Ainsi, ses gênes coloniaux espagnols le rattachent aux chevaux Barbes Espagnols, ceux dont Antoine de Pluvinel disait dans son Education au Roy :

“…je fais grand état des Barbes pour la Carrière, et pour la grande inclination qu’ils ont à bien manier avec une dextérité, et une grâce plus particulière que les autres…”

Cody, un Nokota qui concourt en dressage au niveau national aux USA

Le dressage, est un domaine où le Nokota brille, son agilité, sa souplesse, sa morphologie s’y prêtent tout particulièrement. Par ses longues pérégrinations avec les tribus indiennes, lorsqu’il poussait le bétail à l’époque du Ranching en espace ouvert, le Nokota a développé une résistance hors du commun. La course d’endurance est ainsi un sport où il excelle, il a l’os épais, des allures souples et économes. Ses années d’errance dans un pays rude ont modelé un athlète endurant et sobre.

L’équitation Western est bien entendu l’utilisation naturelle de ce cheval américain, qui a travaillé vaillamment dans les Ranchs à la fin du 19eme siècle. Il s’illustrera principalement dans les disciplines où sa polyvalence et son caractère posé feront merveille, comme le Trail, le Horsemanship, et bien entendu les disciplines avec le bétail.

Mais, c’est surtout son tempérament tellement attachant qui fait du Nokota un cheval de loisir tellement apprécié. C’est avant tout un merveilleux compagnon de vie.

Le Nokota de type “Traditionnel”

Alors que le Nokota est d’ascendance mixte, un faible pourcentage des chevaux ont une conformation qui correspond à l’héritage “colonial espagnol”, tout à fait similaire au mustang espagnol. Ces chevaux sont catalogués comme étant de type “traditionnel”, en hommage aux chevaux indiens dont ils descendent. Le Dr Phil Sponenberg a consacré une étude aux chevaux d’ascendance espagnole, incluant le Nokota, sous le titre “The North American Colonial Spanish Horse, Part II: Foundation Strains of the Present Breed”.

Sharpie, étalon traditionnel, Ranch Kuntz 2009

Les Nokotas “traditionnels” sont petits, (entre 1m40 et 1m50) et relativement fins et présentent beaucoup de caractéristiques du cheval colonial espagnol. En 1994, M. Sponenberg a évalué à la fois les chevaux du parc Théodore Roosevelt et les chevaux des frères Kuntz, et a conclu qu’il y avait une vingtaine d’individus appartenant aux frères Kuntz (et aucun dans le parc) qui soient compatible d’un point de vue génétique avec les normes en vigueur caractérisant le type “colonial espagnol”. Il peut y avoir eu diverses influences espagnoles sur la population des Nokotas au cours du siècle passé. Sur les conseils du Dr Sponenberg, Leo Kuntz a favorisé dans son élevage les Nokotas présentant ces caractéristiques, et leur nombre désormais s’accroît.

Le Nokota de type “Ranch”

Les cavaliers de dressage ont appelé en plaisantant les Nokota de type Ranch les “Nokotas Warmbloods”, et il s’avère qu’ils peuvent en effet être des chevaux de sport efficaces et populaires. Ils sont généralement plus grands, et avec plus d’os que les chevaux de type traditionnel, mesurant souvent 1m 60 ou au-dessus. Les Nokotas de type Ranch sont issus du croisement volontaire avec des Pur Sangs, des chevaux lourds, et éventuellement, avec des souches ibériques telles que l’Andalou. Cependant, ils partagent tous les mêmes couleurs et ont de nombreux points communs avec les “traditionnels”, ainsi qu’un tempérament équivalent.

Parfait exemple du modèle Ranch, solide et puissant

Les premiers ranchers et les indiens ont développé cette souche de chevaux de travail, et la polyvalence reste leur caractéristique. En raison de leur taille, de leur puissance et de leurs qualités athlétique, les Nokotas de type Ranch font d’excellents chevaux de selle, et devraient également se révéler de bons chevaux à atteler. Les Nokotas de type Ranch sont actuellement employés pour le Dressage, la chasse aux renards, le Saut d’Obstacle, et comme chevaux de travail ou de randonnée. Un Nokota de type Ranch bien préparé peut allier puissance et fluidité de mouvement, mais son caractère et sa robe originale en font vraiment un cheval hors du commun.

Les chevaux Fondation

Le type “Fondation” désigne les chevaux issus uniquement des “Parkies”, c’est à dire de chevaux capturés à l’intérieur du Parc Théodore Roosevelt, lors des premier Round Up, et avant que la direction du parc n’entreprenne d’introduire d’autres chevaux dans le parc. Ces chevaux sont considérés comme 100% fondation, et ils ne sont qu’environ 250 dans le monde. Nokota-Ranch a importé en Europe uniquement des chevaux 100% fondation, afin de préserver le courant de sang unique du Nokota original. Ces chevaux peuvent être de type “Traditionnel” ou “Ranch”, suivant leur type physique, mais tous préservent l’héritage unique de leur ascendance indienne. Depuis la prise de conscience par les frères Kuntz et le Conservatoire de l’intérêt historique de ces chevaux, le courant de sang original est privilégié, en particulier au sein du troupeau géré par le Conservatoire.
Le cheval fondation peut être utilisé comme un puissant améliorateur de race, en apportant sa vigueur, son endurance et sa rusticité. Le Studbook du Nokota indique pour chaque cheval son pourcentage de sang “fondation”, et ne peuvent être appelés “fondation” que les chevaux issus à 100% des chevaux Nokotas originaux.